Vins Bio

Dégustation des vins Bio de Bordeaux 6/12

Dégustation des vins Bio de Bordeaux

Vous savez surement que je me suis lancée le challenge de visiter 24 vignobles en 12 mois, et aujourd’hui je vous propose de venir déguster 4 des vins de vignerons rencontré durant ce périple.
Si tu souhaites continuer à te former sur la connaissances des vins bio, je t’invite  avec grande joie à la prochaine dégustation des vins Bio de Bordeaux que j’organise en partenariat avec Dreamers.

Pour notre 3ème dégustation des vins Bio de Bordeaux voici le programme:

Dégustation vins bio de Bordeaux
Château Brethous, Château Lescaneaut, Château Moulin de Peyronin, Château Haut Roc

Le programme de cette Dreamers Wine Tasting #3 :
– Thème: Vins d’entre deux mers/Côtes de Bordeaux/Bordeaux /Bordeaux Supérieur
– Date: Mercredi 6 Décembre 19h30 – 21h30<
– Lieu: tapa’l’oeil, une restaurant privatisé pour l’occasion. La dégustation sera accompagné de tapas faites maison, avec autant que possible des produits locaux, de saison et bio.

Si toi aussi tu te demandes quelle est la différence et comment savoir où se trouve le vignoble en fonction du nom de l’appellation joins toi à nous le:
Mercredi 6 Décembre.<

Voici toutes les infos dans l’évènement Facebook:
https://www.facebook.com/events/2094025980830731/permalink/2098206427079353/

Si tu es  sur Bordeaux ou les alentours n’hésites pas à t’inscrire en cliquant sur le lien suivant.

https://dreamershostel.com/produit/dreamers-wine-tasting-vins-bio-3/

Si tu n’es pas sur Bordeaux mais que tu souhaiterai suivre des dégustations de vins Bio n’hésites pas à me contacter pour voir comment organiser ça près de chez toi.

Au plaisir de vous rencontrer en vrai.

PS:Si ce n’est pas déjà fait, je t’invite à aimer ma page facebook @laroutedesvinsbio et à me suivre sur twitter en cliquant sur les liens ci-dessous.

 

Challenge 24 Vignobles en 12 mois

#2 Château Moulin de Peyronin

Si vous n’avez pas encore lu l’article,  Pourquoi ce challenge?  je vous invite à le lire, afin de mieux connaître  mon objectif  et ma motivation à me lancer dans le challenge de visiter 24 vignobles en 12 mois. Cliquez ici.

Château Moulin de Peyronin, en Bio depuis 1975

Le Château Moulin de Peyronin est un vignoble de 14 hectares conduit en agriculture biologique depuis 1975, situé sur la commune de Pujols en entre-deux-mers à moins de 30 minutes de Saint-Émilion.

Les heureux propriétaires de ce vignoble sont Franck et Véronique Terral, ils sont également les jeunes parents d’Emma et Romane.

La Famille TerralJ’ai voulu les rencontrer pour comprendre les enjeux du Bio lorsqu’on s’installe pour la première fois et qu’on est de jeunes entrepreneurs, et surtout entendre parler de leur passion pour les vignes dont ils prennent soin.

Ils ont au total 11.5 hectares de rouge et 2.5 hectares de blanc. Au début ils n’avaient que du sémillon et depuis peu ils ont replanté du sauvignon blanc et gris.

Les cépages en rouge sont le merlot, le cabernet  sauvignon et le malbec. On est sur des sols argilo-calcaire.

Il faut savoir qu’ils sont un des rares vignobles sur la commune de Pujols à produire en Bio, donc si vous avez la chance de déguster leur vin vous avez là un produit d’exception.

Le vignoble d’un seul tenant, un avantage lorsqu’on travaille en Bio

Ils ont la particularité d’avoir un vignoble qui en grande majorité est d’un seul tenant, ce qui facilite le travail avec le tracteur et c’est un avantage lorsque l’on est en bio, car vos parcelles de vignes ne sont pas au milieu de parcelles non bio. En général on n’aime pas trop avoir des voisins qui traitent autour quand on est en bio.

Ils ont planté des haies pour séparer de chez le voisin, cela apporte de la biodiversité et fait une protection par rapport aux traitements non bio des voisins.

Malheureusement quand le voisin traite, avec les vents ça peut aller sur leur vigne. Il y a aussi les agriculteurs qui vont passer trop près de vos rangs en désherbant et qui au passage désherbe votre rang aussi. Ça c’est pas cool!

Quand les voisins traitent, y-a-t-il des résidus dans vos vins?

Je pose alors la question à Véronique…;

Soline Bossis: « Est-ce que lorsqu’un vigneron  désherbe et qui par la même occasion de façon malencontreuse, désherbe un peu chez toi, est-ce qu’il y a des résidus dans ton vin ? Et est-ce que le label bio autorise des résidus de pesticides qui pourraient être accidentels ? Avec le label est-ce que tu es autorisé à avoir des résidus mais qui sont involontaires ? »

Véronique Terral : « Les traces de résidus sont très minimes, ça ne se répercute pas dans le vin au niveau des analyses ».

Il faut savoir que le vignoble du Château Moulin de Peyronin est en bio depuis 1975 donc ils n’ont pas retrouvé de traces de résidus de pesticides dû aux traitements accidentels du voisin. Par contre d’autres vignerons qui étaient en bio depuis pas très longtemps, ont retrouvé plus de résidus.

Il est vrai qu’une vigne qui est en bio depuis plus d’années ou qui n’a jamais été en conventionnel aura moins de résidus qu’un vignoble qui a son label depuis peu mais qui avait auparavant des sols travaillés en conventionnel.

La vigne et le sol ont besoin de temps pour se nettoyer de tous ces produits chimiques. Donc c’est intéressant de demander depuis combien de temps le vignoble est en bio. Plus cela fait de temps mieux c’est, mais il ne faut pas jeter la pierre non plus aux nouveaux car l’important c’est de faire un pas dans cette direction et au fur et à mesure tout va rentrer dans l’ordre et la vigne nous le rendra bien.

Les écartements entre les rangs et les rendements

En passant devant la vigne, j’observe les écartements entre les rangs, moi qui ai l’habitude des rangs du Médoc, très serré à 1 mètre sur 1 mètre, ici je vois des rangs très larges alors je demande quelle est  la règle pour l’appellation Bordeaux?

Véronique me répond qu’eux ils ont des parcelles espacées de 3 m, 2,50 m et ils viennent de planter des sauvignons gris à 2 mètres.

Aujourd’hui ils replantent tout leur vignoble à 2m c’est à dire 2 m et 90 cm entre les pieds.

Le rendement pour le Sauvignon gris est de 5500 pieds par hectare. Un pied de vigne produits environ 14 à 15 grappes. Au  maximum ils peuvent produire 65 hectolitres par hectare.

Pour le Malbec par exemple un pied de vigne produit environ 10 à 12 grappes.

L’espacement entre les rangs de vignes va déterminer le rendement que va produire la vigne à l’hectare.

Le rendement à l’hectare pour l’appellation Bordeaux est de :

  • 56 hectolitres par hectare pour les Bordeaux Rouges et Rosés
  • 65 hectolitres par hectare pour les Blancs

Au Château Moulin de Peyronin les rendements sont plus faibles :

  • 40 hectolitres par hectare pour les Rouges et Rosés
  • 45 hectolitres par hectare pour les Blancs

Il faut comprendre aussi qu’il peut y avoir une baisse de rendement lorsque vous avez des vieilles vignes; d’une part parce qu’elles produisent moins mais en général elles produisent des raisins de très grande qualité. Mais aussi dans ces vieilles parcelles il y a souvent ce qu’on appelle des manquants, c’est à dire des pieds de vignes qui ont été arrachés car ils étaient malades ou morts. Il y a une solution lorsqu’un pied est enlevé d’un rang de vigne c’est de replanter un jeune pied. On appelle ça le complantage. Le problème c’est lorsque vous avez trop de pieds manquants il y aura un moment donné où il faudra tout arracher. Et c’est souvent délicat d’arracher une parcelle de vigne de 50 ans. Mais c’est la moyenne, en général les vignobles arrachent au bout de 50 ans même si on peut voir sur certains domaines des parcelles de vignes de 100 ans.

Un conseil : si vous lisez sur l’étiquette d’une bouteille de vin « vieilles vignes » en général le vin est d’une qualité supérieure à l’entrée de gamme. On considère des vieilles vignes à partir de 20 ans. Les racines des vieilles vignes sont bien ancrées dans le sol et apportent l’équilibre au raisin. Comme les vignes plus âgées produisent moins elles concentrent mieux les arômes dans la baie du raisin.

La restructuration du vignoble

Chez Franck et Véronique il y a eu un gros travail de restructuration car le vignoble n’était pas en très bon état lorsqu’ils l’ont racheté, il y a maintenant 11 ans, c’est pourquoi ils ont dû arracher et depuis 6 ans ils replantent un peu tous les ans. Des nouveaux plants demandent beaucoup de travail au début, en tout cas plus que lorsque la vigne est déjà installée.

Quand on plante des nouvelles vignes il faut 3 ans avant que ça produise. Au bout de 3 ans on commence à avoir quelques grappes et il faut bien 5 ans avant que ça commence à donner correctement.

Véronique m’explique : « Tu as un manque à gagner pendant quelques années. C’est du travail mais qui ne rapporte pas tout de suite ».

La certification Bio

Reparlons un petit peu de la certification Bio.

Véronique m’explique que lorsqu’on est certifié bio on a un contrôle une fois par an, les personnes en charge du contrôle vont dans les vignes, ils regardent les factures d’achats, pour voir si tu n’as pas mis quelque chose qui n’est pas autorisé. Et si c’est le cas on peut t’enlever le label. Ils demandent la certification d’analyse, pour observer la dose de sulfites dans le vin.

Le Château Moulin de Peyronin est certifié par Ecocert, mais il existe d’autres organismes accrédités comme Aclave, Agrocert, Qualité France, Ulase, SGS ICS.

Le bonheur est dans… la vigne Bio

En me promenant à travers leurs vignes je partage mon sentiment de bien-être dans ces vignes en Bio, on se sent bien tout de suite, il y a une sérénité et un équilibre qui s’exprime.

J’observe entre les rangs des petites fleurs jaunes, ce sont des fleurs de moutarde; on y plante aussi des féveroles (ce sont des légumineuses).

Planter des engrais verts entre les rangs de vignes comme les féveroles, la moutarde ou bien l’orge permet d’apporter de l’azote, plus tard ce sera enfouit dans le sol et cela fera un apport organique.

Est-ce que c’est dur de faire du bio?

Soline Bossis: Qu’est-ce qui est le plus dur quand on travaille en Bio, quand on est vigneron Bio ?

Véronique Terral : « A gérer le plus dur ça va être l’herbe, parce que tu fais plusieurs passage de tonte. Et aussi il y a l’herbe sous le rang,  nous n’avons pas forcément le matériel adapté et maintenant  il existe des machines, comme Herbanet, qui est super bien mais qui coûte très cher. Le problème également c’est qu’on décavaillonne* donc ça prend plus de temps. Voilà pour moi le plus dur c’est la gestion de l’enherbement . Quand tu es envahi ça apporte de l’humidité et c’est risque de maladies.

Anecdote: Avant il y avait des moutons, qui mangeaient l’herbe. Cela économise pas mal de passage au tracteur.

*Décavaillonner : Avant l’hiver on chausse le pied de vigne, c’est à dire qu’on protège le pied en le recouvrant de terre, on forme un chausson autour du pied pour le protéger du froid et du gèle. Décavaillonner c’est l’étape au printemps où on enlève le chausson, on retire la terre autour du pied.

Pour Véronique les traitements ne sont pas ce qui est le plus difficile à gérer, Franck son mari, arrive très bien à les maitriser, et ce n’est pas quelque chose qui lui fait peur. Mais le fait d’avoir beaucoup d’herbe, ça reste toujours compliqué et il faut rester vigilant.

A retenir : Savoir maîtriser l’herbe sous le pied de vigne pour ne pas qu’elle concurrence trop le pied de vigne.

Est-ce que c’est mieux d’être vigneron en Bio?

Soline Bossis: « Quel est l’avantage d’être en Bio et qu’est-ce qui vous fait le plus plaisir dans votre métier ? »

Véronique Terral : « Déjà on sait qu’on va produire un vin qui est exempt de produits chimiques, pour le consommateur c’est quand même mieux mais aussi pour nous. On réduit au minimum les doses de sulfites: pour les Rouges on est à 70/80 mg/l, pour les Blancs et Rosés 60 mg/l, dans le chai il n’y a pas de produit ajouté. Ce n’est pas parce que tu es en bio que tu ne peux pas mettre des produits. Les gens pensent que par ce qu’on est en bio on ne peut rien mettre. Tu peux rajouter des enzymes, des levures, c’est des produits autorisés par le bio. Nous on rajoute peu ou pas de produits à part des sulfites. Dans le vin il y a tout un arsenal de produits œnologiques à notre disposition, nous avons fait le choix de ne rien utiliser. »

Les vieilles vignes de la propriété

Nous nous arrêtons sur le haut d’une parcelle de vieilles vignes.

Vue sur les vieilles vignes

C’est la parcelle des vieilles vignes de blanc de 40/50 ans avec beaucoup de pieds manquants. Ils vendangent à la machine mais quelques parcelles à la main, principalement les blancs pour le crémant qui se vendange à la main car cela fait partie des règles législatives pour appeler le vin crémant.

Ils sont en CUMA, c’est un regroupement de viticulteurs qui ont du matériel en commun et cela leur évite d’acheter une machine à vendanger par exemple. Le matériel circule alors entre plusieurs vignerons.

Vendanger tout à la main ne serait pas possible, enfin oui ce serait possible mais il faudrait vendre plus cher la bouteille.

Elle me raconte la fois où ils avaient une parcelle de blanc qu’il fallait absolument vendanger car il pleuvait, mais ils n’ont eu la machine à vendanger que 2 jours après et ils avaient déjà perdu 15 % de la récolte. Dans ce cas-là tu attends la machine parce que c’est le voisin qui l’a.

C’est super important d’attendre la maturité parfaite pour vendanger. Donc parfois il faut vendanger en plusieurs fois et la machine doit revenir.

Pourquoi ça fait peur de passer en Bio?

Soline Bossis : « Qu’est-ce que tu dirais à un viticulteur en conventionnel et qui aurait peur de passer en Bio? »

Véronique Terral :  » Je lui dirai qu’il ne faut pas avoir peur. Dans un premier temps, bien observer sa vigne, bien gérer ses traitements, voir comment ça évolue, comment ça mûrit et la météo bien sûr. C’est possible de faire du bio, sans avoir forcement une baisse de rendement, ou plus de maladies que le voisin. Et puis faut pas forcement passer en bio parce qu’on sait que le vin se vend plus cher, il ne faut pas que ce soit une raison économique. »

Pour Véronique les viticulteurs qui passent en bio, le font parce que c’est une façon de vivre et de voir les choses. Ce serait bien que les consommateurs boivent un vin sans produits chimiques. Au départ c’est plus une philosophie.

Car il faut savoir que le vin bio coûte plus cher à produire car plus de main d’œuvre et plus de travail dans les rangs.

Quels sont les projets oenotouristiques au Château Moulin de Peyronin?

Le  Château Moulin de Peyronin est ouvert aux visites sur rendez-vous. Il arrive que des visiteurs viennent à l’improviste mais il se peut que Véronique ou Franck soient dans les vignes donc il faut parfois aller les chercher. C’est toujours plus sympa de passer un petit coup de fil pour prévenir de sa venue car un vigneron a son travail dans la vigne à faire en priorité même s’il adore parler de son métier et qu’il passerait des heures avec vous et à vous faire déguster. Mais parfois la nature n’attend pas.

L’objectif sur le long terme serait d’avoir quelqu’un a mi-temps pour accueillir les clients et soutenir Véronique pour la partie administrative. La salle de dégustation reste à aménager mais ils ont pour projet de la rénover.

Lorsqu’on est au château Moulin de Peyronin on sent vraiment un amour du terroir, une envie de bien faire son travail dans le respect de la nature et de l’environnement.

Véronique me montre leur jardin et ils ont des  poules et des oies c’est vraiment le bonheur.

La question qui fâche: on fait de l’argent avec du vin bio?

Soline Bossis: Est-ce que le rapport entre le  temps passé à vendre son vin et chiffre d’affaire est payant? Concrètement est-ce que le vin bio se vend facilement?

Véronique Terral: Oui, parfois je manque de temps pour rappeller des professionnels et relancer des commandes mais au final le vin se vend bien et les efforts mis dans la vigne sont gratifiés.

Voici quelques cuvées du Château Moulin de Peyronin mais pour avoir les fiches techniques des produits n’hésitez pas à consulter leur site : www.chateaumoulindepeyronin.com

Crémant Pétillante Aline
Château Moulin de Peyronin Bordeaux 2014
Château Moulin de Peyronin Clairet 2015

Cuvée Romane Blanc 2014
Cuvée Romane rouge 2010

J’avoue que j’ai un petit faible pour la Pétillante Aline et la cuvée Romane.

J’invite ceux qui sont dans le coin de Pujols à venir voir leur vignoble, un vrai petit coin de paradis. N’hésitez pas à leur passer un coup de fil avant de passer c’est toujours apprécié.

Merci à Véronique d’avoir pris le temps de me recevoir, merci à Franck pour nos échanges aux pieds des vignes en plein rush. Au plaisir de vous revoir.

CONTACT CHÂTEAU MOULIN DE PEYRONIN

Château Moulin de Peyronin

Franck et Véronique Terral

Lieu dit Peyronin

33350 PUJOLS

05 57 40 79 34

06 64 13 16 65

moulindepeyronin@yahoo.fr

www.chateaumoulindepeyronin.com